Point Rencontre
Une recette Paulette !

Par ce temps tropical, on a eu envie de vous proposer une petite recette de derrière les fagots, pour se mettre en appétit ! Pas très diététique mais la vie est trop courte 😉 Et puis le gras c’est la vie. Chaque soir, le festival Terres du Son et l’association Tours Cité Internationale de la Gastronomie, invitent un chef renommé à préparer des mets délicats aux artistes, lors d’une dégustation.

Rencontre avec Jacques Hardouin et Mathilde Bourin, de l’Académie Nationale de Cuisine.

Jacques Hardouin et Mathilde Bourin ont préparé, vendredi soir, pour les artistes des mets savoureux : le nougat de chèvre, le velouté de lentilles à la moutarde d’Orléans et les rillons chauds au Vouvray.  N’étant pas de la région (eh oui, je suis bretonne), je n’avais jamais entendu parlé des rillons. Monsieur Hardouin m’a donc présenté ce plat régional.

Les rillons chauds au Vouvray sont préparés avec de la poitrine et de l’épaule de porc rissolées et cuites à l’étouffée, aromatisées avec un caramel d’oignons et arrosées au Vouvray. La préparation cuit ensuite pendant 1h30 dans la graisse des rillons. Cette graisse est réutilisée à chaque fois. Je vous avoue que, bien sûr, j’ai été obligée de goûter. Et oui, on fait son métier sérieusement ou pas 😉

Et donc verdict : trop bon ! Les rillons fondent littéralement en bouche. Merci Monsieur Hardouin !

Avec une infinie gentillesse et un plaisir évident de partager, Monsieur Hardouin m’a livré  une de ses recettes préférées. Et comme je suis sympa, je partage avec vous, chers amis festivaliers. Oui je sais je suis cool !

La palette de porc aux lentilles

Garder l’os dans la viande (essentiel !) et faire revenir le morceau de porc dans du saindoux ou dans la graisse de rillon (et oui on recycle).

Faire rissoler les oignons avec un verre de vin blanc. Tant qu’à choisir, on prend du Vouvray (et oui ça y est je deviens chauvine ! )

Saler, poivrer

Couvrir d’eau la préparation dans un récipient adapté et laisser bouillir à feu doux.

Faire cuire les lentilles à part, le must étant de terminer leur cuisson autour de la viande.

Accompagner ce bon plat de grand-mère d’un bon verre de vin rouge ou de vin blanc et bien sûr d’un bon pain boulanger.

Bon appétit bien sûr !

Un  grand merci à Monsieur Hardouin et à Mathilde Bourin