Terres du son, Un festival accessible à tous

Le Festival Terres du Son a à coeur de permettre à tous de profiter des concerts et des animations, tout au long des trois journées de festivités.

De nombreux dispositifs ont été mis en place, pour accueillir dans les meilleures conditions les festivaliers en situation de handicap.

Des dispositifs innovants

Dans les nouveautés cette année, sont proposés aux personnes sourdes ou malentendantes des colonnes vibrantes sous le Chapiteau et des gilets “Subpack”. Ces dispositifs innovants permettent de ressentir la musique grâce à des vibrations. Côté prairie, des boucles magnétiques sont placées sous toutes les plateformes situées à côté de la régie son et une signalétique LSF a été apposée dans le festival. Samedi, sur l’éco-village, ont également été proposés au petits et grands des spectacles traduits en langue des signes, comme celui de la troupe Paris-Byzance. Une manière festive de permettre à tous de profiter des mêmes évènements et également de sensibiliser les festivaliers à l’accessibilité.

Une équipe accueillante et des aménagements adaptés

Les membres de l’association Quest’Handi et l’équipe de bénévoles mettent tout en oeuvre durant trois jours pour faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite. Accès dédié sur tout le site, prise de billets de concert par les bénévoles pour éviter aux festivaliers de passer par la billetterie, prêt de fauteuils roulants…Retrouvez toutes les aménagements proposés sur la page dédiée du site web Terres du Son.

La sympathique équipe de bénévoles vous attend à l’accueil PHMR

De gauche à droite : Antoine Thébault – Elise Massart – Rodolphe Simon – Sven Tronelle – Louise Palanca

A Terres du Son, on écoute de la musique mais on la sens aussi

Cette année encore, Terres Du Son permet au public sourd et malentendant de vivre les concerts.

Beaucoup se demandent à quoi servent les colonnes allumées en bleu sous le Le Chapit’ô. Certains essayent de les frapper, de les secouer alors qu’il suffit de poser ses mains dessus pour comprendre.

En plus de permettre à tous d’avoir un contact avec la musique, c’est aussi une façon de vivre le concert différemment. Pas de malentendants dans l’équipe de la Gazette, mais on a testé pour vous. On vous encourage à essayer vous aussi. C’est très inédit, un vrai plaisir dont on a même du mal à se passer une fois qu’on y a goûté. Après avoir tenté tout un tas de positions plus improbables les unes que les autres (on a même essayé de faire un câlin à la structure.. pourquoi pas) on a trouvé la recette : Posez une main sur la colonne, un pied sur le socle, tournez la tête vers la scène, et laissez vous vibrer !

Sabine Le fort et Louis Barbier