L’émotion à l’état pur

#Interview #TDS2019

Composé de Chloé au violon et Gabriel au chant et à la guitare, le groupe GRANDE partage à travers ses chansons des émotions universelles, des histoires qui nous touchent en plein coeur. La voix de Gabriel passe du velours à la rage, accompagnée par les volutes du violon de Chloé. Sublime. 

 

Rencontre avant leur concert sur la scène Propul’son. 

 

Que souhaitez-vous partager avec le public à travers votre musique ? 

Des émotions. C’est clairement les émotions qui nous poussent à écrire. Ecrire nous permet de sortir ce que l’on a à l’intérieur, les choses les plus dark. C’est un peu thérapeutique de faire de la musique. On a envie aussi que cela fasse résonance avec le public, qu’après le concert, ils se sentent touchés, lavés de quelque chose. 

 

Qu’est-ce qui vous inspire lorsque vous écrivez ? 

Gabriel : c’est un état. Des choses que je vis, qui me mettent dans un état émotionnel. J’ai envie de le sentir. Je prends alors ma guitare. Il y a aussi, quand on compose ensemble, la surprise de ce que l’on va réussir à créer ensemble, dans une totale liberté, sans se soucier d’un style musical. 

 

Quand vous composez, vous jouez ensemble et vous laissez les choses se dérouler ? 

Oui c’est ça. Jusqu’à ce que l’on s’arrête sur des motifs qui nous plaisent à tous les deux. On est assez en phase. 

 

Avez-vous des références musicales qui orientent votre création ? 

On n’a pas les mêmes à l’origine. Si l’un ou l’autre évoque quelque chose, même si, bien sûr, nous en avons en commun, ça n’aurait pas beaucoup de sens. Mais il y a des sons qu’on a entendu tous les deux quand on était enfants, adolescents, qui ressortent dans nos musiques mais on ne se met pas dans la tête des choses qu’on a entendu. Justement pour ne pas se bloquer. 

 

Gabriel : il y a une époque où je ne n’arrivais pas à écrire parce je pensais beaucoup à d’autres artistes, à des personnes que j’aime, qui font de la musique, à qui j’avais envie de plaire. Et ce truc là m’empêchait complètement de faire ce qui sortait vraiment de moi. Et puis je me suis dit, je vais faire quand même mon truc et puis tant pis si ça n’est pas à la hauteur des groupes que j’aime ou à la hauteur de ce que j’imagine que les autres attendent de moi. 

 

Que représente la musique pour vous ? 

Gabriel : ma musique c’est ma passion. 

Chloé : pour moi ce sont les émotions que la musique peut provoquer lorsque l’on joue. Souvent, lorsque l’on est ensemble dans des sessions de création et que l’on tombe sur ces motifs qui résonnent en nous, c’est hyper émouvant, salvateur, parfois hyper grisant, des fois violent. 

 

Quels sont les moments de votre vie d’artiste qui vous font le plus vibrer ? 

Le live ! Même si c’est hyper flippant et qu’on n’en mène pas large. Mais c’est génial lorsque l’on sent que le public est super content et qu’il y a du répondant. C’est hyper agréable. 

En fait, c’est un métier qui est très beau parce qu’à la fois, on se fait du bien en le faisant et on sent que l’on fait du bien aux gens en face. Il y a une sorte de cadeau mutuel. C’est vraiment une chance de pouvoir faire cela. 

 

Avez-vous un rituel avant de monter sur scène ? 

Il n’y a pas vraiment de rituel, parce que le rituel s’adapte toujours aux différentes conditions de concert et à la scène. Lorsqu’on le peut, on fait des vocalises. On fait toujours la même chanson en balance parce qu’on a nos repères et on sait que, si sur cette chanson là on s’entend bien, ça va bien se passer. C’est aussi toujours le premier morceau du live. Cela nous permet d’apprivoiser la scène, de prendre nos marques. On entend comment ça va sonner, comment on se sent sur scène. On débute avec un morceau “confort” pour ensuite pouvoir prendre les risques. 

 

Si vous souhaitez découvrir et suivre GRANDE, cherchez Grannnde avec trois “n” 😉